Slide background

Signes précurseurs


Au même titre que le cheval doit être bien dans ses pieds, il doit être bien dans sa bouche.

Quelques signes visibles indiquant l’intervention d’un dentiste équin.

  • Signes visibles de problèmes dentaires
  • Amaigrissement, état général qui se dégrade
  • Refus de s’alimenter
  • Dépression, cheval tête basse et prostré
  • Pelotes d’herbes retrouvées par terre.
  • Longues fibres ou complément alimentaire non broyé présents dans les crottins,
  • Allongement du temps d’alimentation, retombées d’aliments,
  • Salivation excessive
  • Saignements buccaux
  • Refus du mors dans la bouche
  • S’appuie sur le mors, encense, ne s’incurve pas ou mal, saute toujours l’obstacle du même côté, déplacements latéraux en défense.

1024x650

Pourquoi plus de problèmes dentaires à présent ?

Avant que le cheval ne soit domestiqué par l’homme, l’usure des dents était presque totale du fait d’une alimentation basée sur des fibres plus dures que de nos jours.
Les équidés trouvaient des minéraux en léchant la terre, ils récupéraient ainsi de minuscules gravillons qui contribuaient aussi à casser les excroissances anormales.
Ils passaient la plus part de leur temps à brouter et donc à mastiquer. Leur espérance de vie était aussi plus courte qu’à présent.

De nos jours, nos chers équidés sont chouchoutés et leur alimentation a bien évoluée : granulés quasiment solubles à la salive, une herbe tendre, un foin tout aussi tendre.
Ils passent beaucoup moins de temps à mastiquer. La conséquence immédiate c’est l’apparition de surdents et d’arrêtes coupantes sur les bords des prémolaires et molaires causant ainsi des coupures au niveau des joues et de la langue.
Un cheval en souffrance sera bien plus compliqué à monter et il risque de ne plus s’alimenter ou mal et être ainsi en carence alimentaire.
D’autres anomalies dentaires apparaissent, des pointes d’émail, des dominances, des rampes qui bloquent plus ou moins le mouvement de mastication. De fait, l’équidé broie moins bien les aliments qui sont alors moins bien digérés. On peut constater une baisse de forme.
Ces anomalies peuvent aussi contribuer à faire fonctionner différemment l’articulation temporo mandibulaire (articulation entre la mâchoire inférieure et le crâne) créant ainsi une arthrite plus ou moins importante avec une répercussion éventuelle sur les cervicales. La mobilité générale du cheval peut s’en trouver affectée.

La présence du mors dans la bouche peut causer des souffrances en venant taper sur les pointes émail, les dents de loups ou les dents de cochon.

Chez les jeunes équidés, il est important de surveiller la chute des dents de lait.
Une dent de lait qui ne chute pas :

  • Peut bloquer la dent définitive avec un risque de déformation de l’os de la mâchoire.
  • Peut rendre douloureux la mastication.

Une chute correcte des dents de lait contribue à une bonne table dentaire. Pensez à donner des grains de maïs entiers à vos jeunes chevaux, cela permet de mobiliser les dents de lait et facilite leur chute.

En conclusion, l’objectif c’est d’avoir un cheval en bonne santé, bien au travail sans se défendre pour des problèmes dentaires. Cela passe par 2 points d’attention essentiels :

  • La mastication : Elle doit être la meilleur possible pour un broyage maximal des aliments. Cela permet une bonne assimilation des nutriments et par conséquent contribue au bon état général de l’animal.
  • Eviter les blessures au niveau des joues et les anomalies bucco-dentaires pour ne pas compromettre le bon fonctionnement de l’articulation temporo mandibulaire.

ATTENTION ! Avant l’intervention d’un ostéopathe pensez à faire voir votre cheval pour s’assurer qu’il n’y ait pas de problèmes dentaires pouvant porter atteinte aux cervicales. Sans quoi l’ostéopathe ne pourra rien corriger puisque la source du mal est au niveau des dents.