Slide background

Qui suis-je ?


Je possède et monte des chevaux depuis plus de trente ans.

Je pratique surtout une équitation d’extérieur et l’endurance (niveau CEN/CEI **).
Je me suis tourné vers le métier de technicien dentaire équin par passion pour les chevaux mais je n’oublie pas leurs cousins, poneys et ânes.
Ma formation de technicien dentaire équin je l’ai acquise à l’Ecole Varoise de Dentisterie Equine (Une des deux écoles françaises avec celle de Vrigny).
Une formation très spécifique étalée sur 10 mois, 350 heures de cours théoriques et pratiques.

1024x650

La pratique m’a permis d’intervenir sur une cinquantaine de chevaux, ânes et poneys et d’être confronté à bien des cas différents d’anomalies dentaires.
Elle m’a permis d’acquérir la maîtrise des nouveaux instruments électriques de dentisterie. Et oui, les temps changent, il faut suivre le progrès.
La fraise électrique est à utiliser bien entendu avec une totale maîtrise, dans le calme et surtout dans le respect de l’animal, pour lequel elle apporte un confort non négligeable :

  • Elle évite de porter des chocs sur les dents. Les chocs risquent de mobiliser la dent surtout chez les équidés âgés.
  • Avec un seul instrument il est possible de corriger bon nombre d’anomalies, même au plus profond de la cavité buccale.
  • Pas de perte de temps pour changer d’instrument, Ce qui n’est pas plus mal si l’animal est plutôt impatient. Il est moins sollicité la bouche ouverte. On évite ainsi les risques de myosite jugale (inflammation des muscles de la joue) et d’inflammation de l’articulation temporo mandibulaire.